contagion

Je ne suis pas absolument certaine de la pertinence de ce calcul, si l’on tient compte des vomis nocturnes et diurnes, de la fièvre, des gargouillis infâmes intestinaux et de la diarrhée persistante mais bon…
En tous cas, il a raté son coup, et pour une fois, j’ai été plus forte que le mal qui n’est pas passé par moi, en dépit du fait que je ne sais m’abstenir des bisous et câlins en temps de virus virulent (j’en fais même davantage, parce que je ne peux pas libérer ma puce des misères qu’elle subit)…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Suggestion d'article

fresqueladepeche2